Des artistes, des improvisations et des baptêmes de terre au collège Chasse Royale à Valenciennes

Résidence d’artiste

Le collège a accueilli une résidence d’artiste à partir du mois de janvier 2019 et ce jusqu’à la fin de l’année scolaire.

Une excellente nouvelle qui a permis à l’ensemble de la communauté éducative et de tous les élèves de profiter de la présence des artistes qui seront en résidence dans l’établissement scolaire. Les élèves ont ainsi rencontrer des artistes, échanger sur leur pratique artistique et participer à différents workshops. C’est-à-dire des temps de travail avec les artistes. Différents vernissages et performances ont été organisés et l’ensemble des parents d’élèves, les habitants du quartier ainsi que les écoles avoisinantes sont invités.

Les artistes sont Patricia Jeanne Demotte, Stefan Orins et Fred Martin.

Les résidences d’artiste en milieu scolaire constituent des dispositifs intéressants pour mettre en place un parcours éducatif artistique et culturel. Favorisant la pratique artistique et l’ouverture culturelle des élèves, ces résidences permettent aux équipes éducatives de s’inscrire dans une démarche de projet interdisciplinaire. Elles peuvent aussi concourir à établir des liens entre établissements et amener ainsi des élèves de différents cycles à créer et discuter ensemble autour d’un même projet et d’un objectif commun.

La résidence met en œuvre trois démarches fondamentales de l’éducation artistique et culturelle :

  • la rencontre avec une œuvre par la découverte d’un processus de création
  • la pratique artistique
  • la pratique culturelle à travers la mise en relation avec les différents champs du savoir, et la construction d’un jugement esthétique.

Elle incite également à la découverte et à la fréquentation des lieux de création et de diffusion artistique. Elle vise à insuffler une dynamique qui prenne en compte les caractéristiques propres de chaque territoire, en termes d’enjeux pédagogiques, artistiques, culturels. Ainsi une résidence est nourrie des rencontres que les équipes artistiques ont avec la population vivant sur ce territoire, notamment les enfants et les jeunes d’âge scolaire

Parcours culturel des élèves et rayonnement de la résidence

Les partenaires de la résidence sont attentifs à la richesse et à la diversité des parcours culturels proposés aux élèves, ainsi qu’au rayonnement de la résidence sur l’ensemble de la communauté éducative de l’école, du collège ou du lycée. La résidence contribue ainsi à une progression dans les apprentissages pour tous les élèves, en particulier par un accompagnement sensible et concret de l’enseignement de l’histoire des arts. Elle permet des démarches pédagogiques diversifiées qui conjuguent des enseignements artistiques, des dispositifs d’action culturelle et des approches croisées.

Descriptif de la résidence d’artiste.

Thème de la résidence.

 La relation du corps à la production artistique : l’implication du corps de l’auteur ; les effets du geste et de l’instrument, les qualités plastiques et les effets visuels obtenus ; la lisibilité du processus de production et de son déploiement dans le temps et dans l’espace : traces, performance.

Le fil conducteur de la résidence est la thématique du corps (l’implication du corps).

Domaines d’expressions artistiques concernés.

L’implication du corps de l’auteur

L’expérimentation

Le geste, la trace (Fred Martin) ( Jeanne Patricia Delmotte) ; la performance (Fred Martin, Stefan Orins, Jeanne Patricia Delmotte)

La mémoire du projet

Modalités d’intervention auprès des élèves.

  • Réaliser une performance  (Work shop avec Patricia Jeanne Delmotte et Stefan Orins)

Voir document en pièce jointe

  • Avec Fred Martin, réalisation d’un Baptême de terre

À travers le baptême de terre, (faire) vivre une expérience, la partager, créer d’autres/de nouveaux liens entre les participante, entre eux et l’artiste.

Construire ensemble un/des objets à travers une relation de dialogue qui est initiée par l’artiste. Les initier mais ne pas les soumettre à une technique, les amener à s’approprier l’empreinte et l’objet moulage, l’objet masque.

Créer un espace où il se passe quelque chose de différent de ce qui peut se passer dans l’équipe. Un espace qui a simplement besoin de la médiation d’un signe, d’un objet, d’une image, qui est tout à fait apte à faire parler les gens, un espace de négociation. Faire partager ensemble la même expérience, les rapprocher par l’intermédiaire de la réalisation d’une œuvre commune. Mon rôle au-delà de la transmission d’une technique et d’une sensibilité est de les amener à des questionnements sur leur production, à prendre parti dans la réalisation de l’œuvre.

Principe : Basculer les élèves dans une autre dimension, les initier à une expérience originelle, leur plonger le visage dans l’argile crue et molle d’une matrice et mouler en plâtre l’empreinte de cet « autre » visage.

  • Echanges et rencontres prévus avec les artistes  (autour des notions relatives au champ des arts plastiques et sur la pratique artistique des deux artistes en résidence.

Extrait du programme :

« La relation du corps à la production artistique : l’implication du corps de l’auteur ; les effets du geste et de l’instrument, les qualités plastiques et les effets visuels obtenus ; la lisibilité du processus de production et de son déploiement dans le temps et dans l’espace : traces, performance, théâtralisation, événements, œuvres éphémères, captations. »

Le cycle 2 a permis « qu’ils apprennent eux-mêmes aussi à devenir spectateurs. Le professeur s’assure que les élèves prennent plaisir à donner à voir leurs productions plastiques et à recevoir celles de leurs camarades. (…) Ce travail se conduit dans la salle de classe, dans des espaces de l’école organisés à cet effet (mini galeries), ou dans d’autres espaces extérieurs à l’enceinte scolaire. “Entre six et neuf ans (…) il prend conscience de l’écart entre ce qu’il voit, ce qu’il produit et ce que le spectateur perçoit »

Au cycle 3 “La prise en compte du spectateur, de l’effet recherché : découverte des modalités de présentation afin de permettre la réception d’une production plastique ou d’une œuvre (accrochage, mise en espace, mise en scène, frontalité, circulation, parcours, participation ou passivité du spectateur…). »

Problématique et questionnements

 En quoi une production artistique peut-elle s’adresser au corps du spectateur, et comment l’auteur ou le spectateur peut-il s’impliquer dans une relation avec l’espace au sein d’une œuvre ?

Comment se construit la relation entre l’œuvre et l’espace qui l’accueille ?

En conduisant pour ses élèves un travail sur cette question liée aux contenus et objectifs du programme, la résidence d’artiste(s)et le travail proposé apportent un éclairage sur les liens susceptibles de se tisser entre le corps, celui de l’auteur ou du spectateur, et l’espace dans l’élaboration de l’œuvre présentée ici avec l’artiste qui expose dans l’établissement.

Nous serons attentifs à proposer des situations variées qui permettent d’éprouver des œuvres renvoyant à cette question.

Réalisation d’un projet questionnant les élèves sur le rapport spectateur/dispositif. La réalisation incite le spectateur à devenir acteur pour être révélée.

Il s’agira d’amener les élèves à :

• Comprendre que le corps de l’artiste peut devenir une donnée de la production artistique

• Comprendre que la réceptivité de l’œuvre peut dépendre d’un temps et d’un espace commun lors d’une expérience vécue

• Comprendre que certaines œuvres nécessitent la présence du spectateur pour exister

• comprendre que le corps de l’artiste peut être matériau de l’œuvre ; l’artiste peut-être à la fois concepteur (auteur), producteur et matériau de son œuvre.

Marjorie FLOERS